Pour les néophytes de passage

Expliquons aux néophytes la vocation de ce blog.

Le fameux « rapport Meadows »

En 1972, une équipe de chercheurs du MIT, menée par un certain Dennis Meadows et financée par le Club de Rome, publie un rapport, « The Limits to growth », qui fera grand bruit et sera traduit sous le titre mal inspiré : « Halte à la croissance ? »

Ce rapport est fondé sur une modélisation numérique du fonctionnement de l’activité humaine mondiale. Pour établir leur modèle, les chercheurs ont cherché et validé des liens structurels entre un grand nombre de paramètres dont l’image ci-dessous donne un maigre aperçu :

LimitsToGrowth_ModelFigure1-3_Large

Ils ont mis au point des formules mathématiques pour représenter l’évolution de ces paramètres, et les ont « calibrés » au moyen de coefficients calculés à partir de statistiques couvrant l’intervalle 1900-1970. Ensuite, grâce à ces formules et la puissance de leurs ordinateurs, ils ont fait des calculs sur l’avenir, année après année, et ont fini par produire les six courbes suivantes (en pointillées) :

Meadows-graphes-officiels

Elles présentent le même profile descendant qui signifie que l’humanité a un problème avec son avenir puisque ces calculs valent pour l’ensemble de la planète et sont de nature scientifique : il y a un déterminisme sous-jacent révélé par les calculs mais qu’il était impossible de mettre a priori dans le modèle. Rappelons que celui-ci ne contient que des formules et des valeurs déduites de l’observation statistique du passé, et que sa structure ne fait que formaliser les bases bien connues du fonctionnement des entreprises industrielles.

L’effondrement

Celles et ceux qui s’intéressent au rapport Meadows parlent d’effondrement pour désigner la décroissance inéluctable pronostiquée par les calculs. A cause de la pollution, cet effondrement ne concerne pas seulement la production : l’environnement devrait aussi s’effondrer, c’est-à-dire devenir incapable de rendre les services dont l’humanité a besoin.

Débat

Le rapport Meadows a d’abord « fait l’effet d’une bombe », il est immédiatement devenu un best-seller mondial, mais il a ensuite été rapidement enterré, suite à des critiques mal justifiées des économistes. En effet, le modèle inclut ce que l’économie n’a jamais pu prendre en compte : le caractère non renouvelable des ressources minières. Ses résultats ont finalement été confirmés, le modèle n’a pas pu être invalidé, et ses annonces sont littéralement visibles dans la pollution, en particulier celle des océans. (Recommandé : « L’agonie des océans » qui se termine sur une analyse de l’iconographie de Poséidon « d’une affligeante monotonie doublée d’une bêtise typiquement masculine ». Ou cliquer sur « catégorie Meadows » pour en savoir plus.)

Actualité

Le rapport n’a pas été enterré par tout le monde, beaucoup de gens le connaissent et en parlent, (de lui-même comme de tout ce qui gravite autour), et voilà Onfoncedanslemur mettant son grain de sel dans la mêlée.

Bonne lecture !

Règle

Plus de publications sur Facebook : On fonce dans le mur

Illustration : au monastère de saint Néophyte à Chypre

Paris, le 6 mai 2018

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :