Picasso = grosse m*** ?

Mr Mondialisation se plante une fois de plus dans les grandes largeurs.


Mr Mondialisation, qui compte au moins mille fois plus d’abonnés que votre serviteur, et qui n’en finit pas de « lutter » pour toutes les bonnes causes, a cru bon de publier cette vidéo qui voit en Picasso une « grosse merde ». Nous n’avons pas à l’idée de défendre l’homme ni l’artiste mais, à le salir de la sorte, (car ces termes font plus que dénoncer sa vie privé depuis longtemps derrière nous), c’est l’image de l’art qui se trouve ternie, le commentaire de Mr Mondialisation est explicite à cet égard :

« Ou comment la société fabrique d’horribles génies à l’impunité totale au nom de leur popularité. »

Ces « horribles génies » ne sont pas « fabriqués par la société » mais par le hasard génétique, pièce maîtresse du puzzle. La société leur permet seulement d’exprimer leur potentiel, et il arrive qu’elle l’étouffe, comme ce fut le cas pour Van Gogh. Au contraire de Picasso, il avait recueilli, (brièvement mais par compassion), une prostituée et sa fille de cinq ans. Le petit monde des grands artistes est donc aussi divers que la société elle-même, et cela invalide la généralité de Mr Mondialisation.1

Qu’avons-nous gagné à ce coup de projecteur alors que les informations, loin d’être « occultées », étaient depuis longtemps disponibles sur Wikipédia ? La cause des femmes n’a rien gagné, mais la « chaîne Youtube », répondant au joli nom de C’est une autre histoire, a réussi à faire parler d’elle au détriment de la condition féminine de l’époque. Décédé en 1973, Picasso n’a connu ni la loi Veil de 1975, ni le combat du MLF qui remonte au début des années 70. A cette époque :

« Le viol est en effet alors souvent perçu comme une initiation sexuelle, une agression sans conséquences, voire un acte d’amour. Les victimes, quant à elles, sont très souvent traitées en coupables, soupçonnées d’avoir été imprudentes ou provocantes au motif qu’elles ont parlé à des inconnus ou sont sorties tard le soir, seules, sans protecteur. »2

Ajoutons que le viol ne donnait pas droit à l’avortement, et que les violeurs :

« sévissent dans tous les milieux sociaux et les auteurs sont des hommes ordinaires : des hommes moyens, normaux, bons Français, bons pères, bons époux et bons travailleurs, comme le dira l’avocate Gisèle Halimi. »3

Picasso n’était donc pas une exception mais la règle. En pratique, le viol n’était pas un crime,4 mais une « loi de la nature des hommes » dont le machisme dominait sans partage la société. C’est encore le cas de nos jours mais les esprits ont changé et le machisme a reculé un peu, seulement un peu. Les femmes sont encore loin de jouir des mêmes égards que les hommes, et il est rare que les coupables passent aux assises, ce qui signifie qu’une « certaine tolérance » est toujours d’actualité. Révolution Féministe vient d’ailleurs de nous apprendre que les juges ont jeté une femme pour dix ans en prison, faute de reconnaître son droit à la légitime défense dans une affaire de violences conjugales et de viols quotidiens.

***

Cette vidéo tombe vraiment mal. A l’heure où la planète est en feu, où les catastrophes naturelles se multiplient, où des pénuries commencent à se manifester un peu partout, où la covid continue de sévir, où le Liban n’est plus qu’une épave, où les mauvaises nouvelles tombent des quatre point cardinaux, où la cause des femmes est loin d’être acquise, où les Zemmour et la droite n’en finissent pas de semer la haine, où les écologistes nous tombent tous les jours sur le râble pour nous rappeler à nos devoirs, où l’art moderne n’est plus qu’une affaire de fric, et où l’avenir n’inspire plus aucune confiance, voici qu’on vient nous dire : Vous pensiez peut-être que Picasso était une valeur sûre ? Détrompez-vous ! Ce type n’était qu’une grosse m*** !

Mais que reste-t-il à admirer en ce bas monde si n’importe quel grand nom est susceptible de cacher un homme répugnant ? Parce qu’à découvrir par surprise la sinistre vérité, tous deviennent suspects, artistes, penseurs et scientifiques. De fait, la quasi totalité étaient misogyne, les femmes devaient d’ailleurs prendre des noms d’hommes pour se faire connaître. Excessif en tout, Picasso a sans doute poussé le bouchon bien plus loin, mais c’est la seule chose qu’on puisse reprocher à son génie.

On nous jure les grands dieux que son art n’est pas en cause, la vidéo ne visant que « l’homme ». Précaution de tartuffard ! L’artiste et son œuvre sont indissociables, il faut des kilotonnes d’arguties pour prétendre le contraire. Ils sont liés parce qu’ils sont toujours présentés ensemble : il n’y a pas de tableau de Picasso sans Picasso, et l’homme transparaît toujours dans son œuvre. Au demeurant, Wikipédia écrit :

« La violence de Picasso envers les femmes qu’il fréquentait pourrait être une explication des portraits souvent déconstruits des femmes qu’il représentait, comme La Femme qui pleure, qui représente Dora Maar éplorée. Dora Maar était régulièrement battue et dénigrée par Picasso. »

Mais si vraiment il est possible et permis de séparer l’œuvre et la vie privée, alors à quoi bon parler de la seconde ? En quoi nous éclaire-t-elle sur l’art et la condition féminine de l’époque ? En quoi peut-elle concerner le facebookien standard qui ne s’intéresse pas à la peinture, et encore moins à l’analyse des œuvres ? Pour lui, qui voit ces « révélations » tomber comme un cheveu sur la soupe, sans que rien dans l’actualité ne vienne justifier ce scoop, il ne s’agit que de dénigrement. Ou d’un rappel à l’ordre moral, une grosse piqûre de bêtise sauce moraline, applaudie par ceux qui « partagent » et écrivent plus vite qu’ils ne réfléchissent, et qui ne voient même pas que le titre de la vidéo est une insulte.

C’est terrible car, à notre époque qui revendique haut et fort le droit de cracher sur tout au nom de la liberté d’opinion et d’expression, on se demande encore quelle « valeur » est à l’abri. Une foule de jeunes gens, éduqués à travers leurs smartphones et devenus « bigots » d’après les derniers sondages, vont donc retenir que « Picasso = grosse m*** ». Charmant ! Quand on sait par ailleurs que l’image de la science n’est pas des plus brillantes, on se demande avec inquiétude ce que la société du smartphone va bien pouvoir leur laisser en héritage. Ah mais si on le sait : des luttes d’apothicaire contre les méfaits du consumérisme et du système. Mais bon, votre serviteur s’en fiche, il n’a rien à vendre, et il y a belle lurette qu’il contemple tout ça d’un œil terne et désabusé.

Paris, le 19 octobre 2021

1 Il existe de nos jours, grâce à la puissance financière de mécènes richissimes, de (faux) « grands artistes » fabriqués de toutes pièces sur le marché de l’art. Mais ce n’était pas encore le cas à l’époque de Guernica, et c’est une autre histoire, sans rapport avec la vie privée des artistes.

4 Il faut préciser « en pratique », car le viol est depuis fort longtemps un crime selon la loi.


Illustration : La femme qui pleure © Tate Modern, Londres, d’après « Picasso, Dora et le Minotaure, l’érotisme cruel ».

Plus de publications sur Facebook : Onfoncedanslemur

Adresse de base du blog : https://onfoncedanslemur.wordpress.com/

2 commentaires sur “Picasso = grosse m*** ?

Ajouter un commentaire

  1. Globalement il me semble que notre monde, en panne de causes plus grande que l’individu, se retourne sur lui même en quête de micro scandales et d’indignations faciles autant qu’éphémères. Histoire sans doute de se rassurer sur sa propre conscience sociale et politique, alors même qu’elle n’est plus engagée dans aucun combat social ni politique.

    Aimé par 1 personne

    1. Vous avez tout compris, et bien compris mon billet qui dénonce effectivement, mais entre les lignes, l’absence « de causes plus grande que l’individu ». L’art est l’une de ces causes, j’avais cela en permanence à l’esprit en écrivant.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :