Critique du modèle Meadows

Y a-t-il une faille dans le modèle Meadows ? Jusqu’à présent, personne n’a réussi à le prendre en défaut, et personne ne remet plus en cause ses résultats.1 Dans sa version la plus prisée, (d’où sort l’illustration du billet), il donne l’impression de fournir une image réaliste de l’avenir, donc qu’il le « prédit » avec une marge d’incertitude acceptable. En réalité, à cause des ressources non renouvelables, il ne peut que prédire un effondrement, (plus ou moins rapide), de toutes les courbes quels que soient les scenarii envisagés2 : c’est en ce sens qu’il est déterministe et inattaquable. Mais les dates et les formes des courbes sont arbitraires puisqu’elles dépendent de la façon dont on a choisi de calculer l’évolution future de chacune de ses variables internes. Ce fait n’est ignoré de personne, mais il cache une faille : rien ne prouve que ses équations resteront conformes à la réalité jusqu’en 2100. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le doute est permis.

Non prouvé

EDIT le 26 avril 2019 : Gaëll Giraud explique dans cette vidéo, (à 5′), que l’AFD a fait un modèle macro-économique qui confirme l’un des scénarii de Meadows, celui où l’effondrement survient à partir des années 2050. Ce paragraphe est caduc, on peut considérer que le modèle Meadows est prouvé.

Pollution

La courbe de la « pollution globale » n’est pas réaliste. Approximativement proportionnelle à la « production per capita », et présentant avec celle-ci un décalage temporel, elle ne devrait pas décroître au même rythme. Cela montre que son accumulation dans l’environnement et ses effets à long terme sont mal pris en compte.

Le modèle a ses limites : il ne calcule que des proportions calibrées sur le passé, et ne comporte qu’un nombre limité de calculs. Il n’a pas de modèle physique pour l’eau qui est pourtant une ressource très particulière, bien plus encore que le pétrole, car c’est toute la population mondiale qui en a un besoin vital. De plus, elle se pollue et s’épuise aussi par des phénomènes naturels : évaporation, sécheresse, salinisation et arsenic dans les puits.

Population

L’on doute aussi de la courbe de la population par rapport à celle de la « nourriture per capita ». Celle-ci diminue à partir de 2020 environ, mais la décroissance de la population est beaucoup plus lente, ce qui est très improbable. Comme cela apparaît en phase de croissance, la « nourriture per capita » augmente avant la population parce que la première est une condition de l’accroissement de la seconde. Mais cette condition est structurelle : elle signifie que la population peut augmenter parce qu’elle apprend à vivre avec plus de « nourriture per capita ». Si cette dernière décroît, la population pourra-t-elle s’adapter comme le suppose sa lente décroissance ? Ce n’est pas du tout certain, car la phase de croissance a changé les conditions environnementales, et fait perdre à la population ses habitus d’avant croissance, (au moins dans les pays les plus développés).

Hystérésis

Il existe en physique un phénomène général, connu sous le nom d’hystérésis, que l’on rencontre dans beaucoup de systèmes. Il fait qu’un système peut ne pas évoluer sur un même « chemin » selon qu’une « cause extérieure » augmente ou diminue. Or, ce qui a structuré le système actuel et provoqué sa croissance, ce sont principalement trois choses appelées à disparaître : un environnement sain, (autant qu’il pouvait l’être), un climat stable, (avec ses cycles prévisibles), et la croissance du pétrole. Cela nous fait dire que le système, en phase de décroissance, devrait prendre un chemin inédit, impossible à prévoir. Cela étant posé, comment peut-on être sûr que « le modèle Meadows » restera réaliste jusqu’en 2100 ? Notre pari est plutôt que la réalité va s’en écarter de plus en plus, probablement à la faveur de crises retentissantes.

Conclusion

Nous avons du mal à croire qu’un même jeu d’équations peut représenter le système réel dans ses deux phases de croissance et décroissance. Pour cette dernière, il ne peut produire qu’une grossière approximation, laquelle ne semble réaliste que parce que « ça s’effondre ». Mais la manière dont « ça s’effondre » n’est qu’illusion. Au moins l’une des courbes pourrait présenter un « effet Sénèque » beaucoup plus prononcé. Sans doute conçue pour convaincre par son réalisme, la « version officielle » masque des possibilités d’évolution beaucoup plus angoissantes.

 

 

Paris, le 4 février 2019

PS le 5 février 2019 :

Exposé de 7′ de Gaël Giraud qui semble s’inscrire en faux contre notre critique. Cependant, nous contestons seulement le modèle sur sa phase descendante. Quant au début de l’effondrement, il y a le scénario classique qui le situe dans les années 2020, et un autre scénario, non vulgarisé, le voit dans les années 2050. Dans tous les cas, il doit survenir avant 2100, d’autres études arrivent aussi à ce résultat selon Gaël Giraud.

1 A ses débuts il fut largement remis en cause, mais sur de mauvaises bases. Lire : « Petite histoire du rapport Meadows ».

2 Tout est expliqué ici, mais c’est rébarbatif : L’effondrement global est-il imminent ?

3 Pourquoi les travaux de Meadows & al n’ont pas fait école ? Lire « Perdu dans les sables ».


Plus de publications sur Facebook : On fonce dans le mur

2 commentaires sur “Critique du modèle Meadows

Ajouter un commentaire

  1. Effectivement … il y a un autre aspect dont je doute que Meadows l’ait intégré dans son modèle. L’influence de l’environnement, des ressources, ect oui, mais en cas de crise, de manque aiguë, les inter-relations humaines guerrières auront également une influence sur la démographie.
    Quand je vois que n’importe quel benêt moyen peut mettre un GJ et se transformer en facho sur les rond-points, te bloquer, te menacer, t’insulter … (au départ pour +7 cents sur le carburant) sans parler des morts et des blessés, j’en déduis que le jour ou les gamelles seront vides depuis des semaines, l’élimination directe des collectionneurs de boites de conserves va connaître un franc succès. Je me trompe ???
    Ceci au niveau local, mais au niveau des nations se sera la même tendance.

    Aimé par 2 personnes

  2. Je partage vos doutes sur ce modèle simpliste. En plus des arguments que vous avancez, j’ajouterais qu’il ne prends pas en compte le réchauffement climatique et surtout, que le scénario « business as usual » retenu car jusqu’à aujourd’hui le plus proche des « valeurs » observées, n’ a pas encore fait ses preuves : nous n’avons pour l’instant passé aucun des pics prévus, alors que c’est cela qui validera réellement le modèle. Rendez vous donc en 2030 pour se faire un premier avis serieux et en 2050 pour juger!
    Et j’ai le sentiment que les projections présentées sont sont hyper optimistes : qui peut croire qu’en 2100, il y aura encore 5 milliard d’humains?!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :