[ripopée] Finalités

L’être humain n’est pas plus « responsable » de ce qui lui arrive, – et fait subir aux autres espèces -, que l’abeille n’est « responsable » de féconder les plantes. Elle le fait malgré elle, comme les paysans ont parfois favorisé sans le savoir d’autres espèces, en modifiant des milieux écologiques eux-même façonnés par les autres espèces.

La « responsabilité » n’ayant de sens qu’à l’échelle de l’individu, (physique ou moral), la question se pose de savoir qui est responsable de ce que font les autres (individus) ? Le fumeur est responsable de ses mégots, pas de ceux des autres, ni de la commercialisation des produits, ni du fait qu’une écrasante majorité croient que les filtres protègent en faisant barrage au goudron. L’argument marketing a d’ailleurs si bien pris que l’on ne trouve quasiment pas de cigarettes sans « bout filtre ». (Des chercheurs appellent enfin à leur interdiction pure et simple.)

Si aujourd’hui l’on peut « voir », par l’information rendue publique, que les filtres de cigarettes sont une cause majeure de la pollution des océans, ce n’est qu’après que le mal a été fait à grande échelle. Donc quand il est trop tard, comme pour toutes les pollutions. Cerise sur le gâteau (du diable qui hait les créatures de Dieu) : venir à bout de ces satanés mégots resterait insuffisant car y a aussi le plastique. Et venir à bout du plastique serait insuffisant car les océans sont pollués de mille autres façons.

S’il est « criminel » de ne rien faire, alors il faut rétrospectivement juger « criminels » tous ceux qui nous ont conduit dans l’impasse éco-énergétique. A cette aune, les criminels sont les élites, les classes moyennes, les philosophes, les économistes, les capitalistes, les banquiers, les juristes, les scientifiques, les ingénieurs, les managers, les publicistes, les marchands, les inventeurs, les gourous, les optimistes et les beaux parleurs. Sans oublier les politiques, les militaires, les magistrats au service du pouvoir et les policiers. Même les éleveurs-agriculteurs-pêcheurs devraient monter dans la charrette. Et les curés ? Eux aussi sont coupables, pour avoir toujours prêché le respect de l’ordre établi.

Alors, tous coupables ? Non, quelques uns pourraient monter dans l’Arche de Noé : les enseignants, les artistes, les médecins et infirmières, les pompiers, quelques écolos et paysans bio. (A vous de chercher pourquoi, flemme de développer.) [EDIT le 31 mars 2020 : ceci a été écrit un an plus tôt. La pandémie actuelle nous incite toutefois à ajouter les « petites mains », aussi besogneuses que mal récompensées, et sans lesquelles la vie quotidienne n’existerait plus.]

L’optimisme rend aveugle. La preuve par la fameuse citation de Jean-Baptiste Say : « Les ressources naturelles sont inépuisables, car sans cela, nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant ni être multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques. » La citation incite à penser aussi que l’optimisme rend bête, mais comme nous tirons quelque fierté de notre pessimisme radical, ce serait prétentieux de l’affirmer.

La consommation d’énergies fossiles explique le réchauffement climatique, nul n’en disconvient, mais qu’est-ce qui explique cette consommation ? Pour qu’elle fût possible à grande échelle, il fallait un pouvoir à grande échelle : c’est lui le coupable numéro un.

S’il est vrai que l’avenir se présente mal, il ne faut pas perdre de vue que le système se porte mieux que jamais, et qu’il profite encore à quelques milliards de personnes. C’est pourquoi le vrai « problème », (façon de parler), n’est pas de « changer de modèle » mais de mettre fin au système.

Nous nous insurgeons contre les « collapsologues » en tous genres qui préconisent de « changer de modèle », ou de « se préparer » à l’après effondrement, car ils ne savent pas de quoi ils parlent. Leurs idées ont un parfum suranné de « Terre Promise ».

La civilisation trouvera sa fin dans « l’effondrement » parce que sa seule et véritable finalité, (sous le vernis des beaux discours), est d’offrir des opportunités d’enrichissement et de pouvoir aux élites et classes moyennes. Aussi justifiées soient-elles, les réactions outrées à l’égard des Gilets Jaunes montrent que le souci des « laisser pour compte » a toujours été un prétexte plutôt qu’un enjeu.

C’est en voulant se donner une finalité, « la civilisation », que l’espèce humaine s’est extirpée de la gangue de la nature. L’événement remonte probablement à l’érection des plus anciens mégalithes connus, tels qu’on les a découverts sur le site de Göbekli Tepe. Datés de 12.000 ans avant JC, ils sont l’œuvre de chasseurs-cueilleurs dont on ignore les motivations. Cependant, à en juger par leur masse de dix à quinze tonnes, il n’est pas interdit d’en faire la première manifestation de la démesure qui s’empara alors du genre humain, avec son obsession frénétique de vouloir toujours « dépasser les limites ».

Qui taillaient et transportaient ces mégalithes : des hommes libres ou des esclaves ? La science ne peut le dire, mais le pessimiste a sa réponse. Cependant, tout le monde admet qu’il fallait une « société organisée ». Traduction pour les mal-comprenants : une élite pour imposer les idées, des chefaillons pour diriger les travaux, et de pauvres bougres pour suer sous le burnou.

Ce que l’on appelle « l’effondrement », – un processus en cours et en concurrence avec l’expansion du système -, se présente sous la forme d’un puzzle dont les pièces seraient les mauvaises nouvelles les plus hétéroclites. Il n’aura l’allure d’un « événement » que quand le puzzle sera (en partie) terminé vers la fin du siècle.

 

 

Publié le 31 mars 2020


 

Illustration : dessin de SINGER

Plus de publications sur Facebook : Onfoncedanslemur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :