Le PTEF du Shift Project

Il est temps de comprendre que les « solutions » ne peuvent pas être « n’importe quoi ».


Punaise ! Quand on voit ce que fait le Shift Project, et que l’on compare à ce que disent les écologistes, franchement, il y a de quoi être sidéré. D’un côté un plan extrêmement sérieux, de niveau politique et applicatif, de l’autre des pleurnicheries ridicules : « Une écologie basée sur la démocratie » ! Les « vraies solutions », celles qui ont un minimum de chances d’être un jour mises en pratique, sont tellement complexes qu’elles ne peuvent être élaborées que par des spécialistes, n’en déplaisent à ceux qui ne veulent pas d’une écologie « confisquée par les experts ».

Dans cette vidéo du 11 février 2022, où Jancovici répond à des questions sur le PTEF, (Plan de Transformation de l’Économie Française), il apparaît que :

« Notre cahier des charges de départ, c’est on parle physique, on parle compétences, et on parle leviers qui sont à la main de l’exécutif français ».

Autant de notions dont nos chers écologistes de Reporterre et d’ailleurs devraient s’inspirer, car tout est lié en ce bas monde : c’est avec de l’énergie que l’on détruit la planète, pas avec des idées bisounours, on est donc obligé d’en tenir compte. C’est pourquoi, afin de donner ce PTEF en exemple de « vraie solution », nous avons mis en texte quelques uns des propos de ladite vidéo, car ils donnent une première idée sans entrer dans les détails. Et l’on découvre que les solutions du Shift méritent leur titre : c’est cela qui nous importe, par opposition au tout venant qui relève des fantasmes. (On ne parle pas des programmes politiques des uns et des autres, c’est encore une autre histoire, ni de l’approche d’Arthur Keller dont votre serviteur pense le plus grand bien, c’est aussi une autre histoire.)

***

1’30 : le Shift Project (SP) va-t-il donner une consigne de vote ? Non, mais il va solliciter chaque équipe des candidats pour leur demander d’expliquer en trois pages comment ils voient la transition vers une économie décarbonée. Les réponses des candidats seront publiées avec l’analyse du SP, lequel analysera aussi les programmes des candidats.

5’30 : le SP a-t-il été sollicité par les candidats ? Oui, mais c’est assez récent, et cela fait suite à la publication de la bande dessinée. Le PETF suscite de l’intérêt, Fun Radio s’y intéresse. Ce sujet suscite une « attente » dans la population, et du coup les candidats s’y intéressent.

8′ : dialogue avec la classe politique : « Aller voir spontanément des personnages politiques simplement pour leur exposer la justesse d’un raisonnement, ça n’a pas de portée. Donc aller voir un responsable politique et lui dire voilà le problème et voilà la solution qui est logique au problème, ça n’a pas d’effet. Parce que outre ces deux cartes-là qu’il faut avoir dans votre jeu, il faut en avoir une troisième qui est essentielle, c’est une capacité de nuisance s’ils n’appliquent pas la solution qui vous paraît pertinente. Tant que vous n’avez pas cette capacité de nuisance ils ne vous écoutent pas. La capacité de nuisance, c’est le fait que leur électorat va les sanctionner s’ils n’appliquent pas la suggestion que vous leur faites. » Avec 15.000 shifters, le SP commence à avoir l’audience d’un parti, et devient un « objet » d’intérêt et de dialogue. Le SP est un interlocuteur valable pour les centrales syndicales. [10’50] « Pour avoir une influence sur le monde politique il faut en arriver au stade où ce n’est pas vous qui allez les voir, c’est eux qui viennent vous chercher. »

14′ : Question non posée : « est-ce que vous croyez qu’il y a un candidat susceptible d’appliquer le plan du début à la fin ? » Non. Jancovici est convaincu qu’ils ne vont pas l’appliquer tant que le monde va rester à peu près tranquille. [15’28] « Ce plan, il a peu de chance d’entrer en vigueur tant qu’on ne se prendra pas une claque. L’espoir, c’est que si l’on se reprend une claque, à ce moment-là on a une petite chance qu’on sorte notre plan du tiroir. »

17’17 : Ce plan n’est-il pas décroissantiste ? Réponse : ce n’est pas le sujet. [18’30] Le plan n’a pas vocation à engendrer spécifiquement de la croissance ni de la décroissance.

Ensuite, long exposé sur les actionnaires et les salariés, les premiers n’étant pas « fondamentalement hostiles » à la transition du fait qu’elle profitera à certains secteurs. Les plus hostiles sont en fait les salariés qui risquent de perdre leur job. D’où la nécessité, extrêmement complexe, de gérer des changements de métiers.

33’50 : « On a initié ce chantier, on est loin d’être au bout, il a fallu des siècles pour perfectionner le système fossile dans lequel on est, ce n’est pas en deux ans, même si on a été nombreux, qu’on a conceptualisé tout ce qu’il fallait détricoter. »

34’35 : le « PIB vrai », celui qui se compte en biens et services matériels, n’augmente pas en Europe, il a même diminuné. [37’40] Sur le nucléaire, il constate que le débat est en train de changer en devenant plus technique, ce qui est le « niveau sain » du débat. Mauvais exemple de l’Allemagne qui a mal « hiérarchisé les priorités », ce qui conduit à devoir faire des efforts indus, et risque d’engendrer de la pauvreté. [39’25] « Une sobriété que vous n’avez pas désirée, ça s’appelle de la pauvreté. »

41’50 : « Promettre la décroissance, ça n’a aucun intérêt. »1 [42’14] « Ce n’est absolument pas un projet de société de dire on va décroître. Point. Ca ne peut être, au mieux, qu’une conséquence de ce que je vous propose, il faut l’accepter. » [Le je est ici une figure de style, non l’orateur lui-même.]

44′ : Le secteur de la santé représente à peu près 8% de l’empreinte carbone de la France. « L’ordre de grandeur est un petit 10%. » 8%, c’est deux ou trois fois celle du numérique. [47’50] « Comment organise-t-on la sobriété des soins sans diminuer leur qualité ? Il faut diminuer la quantité de soins dont nous avons besoin. » Cela passe par l’amélioration de l’hygiène de vie et de la prévention : tabac, sédentarité, alimentation, publicité. Il est évident que la question de la fin de vie se posera.

53′-1h02 : Long développement pour expliquer que le PTEF est « exportable » à d’autres pays, européens ou non. Pas besoin de « plan européen », au contraire. Le PTEF a été conçu en fonction des moyens législatifs et réglementaires « à la main du gouvernement » français. La méthode du PTEF commence par les problèmes de physique, les besoins et ressources contingentes, et propose des solutions qui ne dépendent pas d’une décision européenne. [55’40] « Notre cahier des charges de départ, c’est on parle physique, on parle compétences, et on parle leviers qui sont à la main de l’exécutif français. »

1h03 : Sur le plan énergétique, le scénario retenu est le « N03 de RTE, celui qui comporte le plus de nucléaire ». Le SP « colle » à RTE pour le plus gros, mais a des divergences sur l’économie et les risques.

1h21 : Jancovici soutient depuis 20 ans que l’ouverture à la concurrence de l’aval de l’électricité est une « ânerie ». « Il n’a pas de réalité physique : quand on change de fournisseur, rien ne change chez vous. » « C’est le même réseau qu’avant qui vous amène les mêmes électrons qu’avant. » « Ce sont des purs distributeurs qui ont capté une partie de la marge d’EDF. » Ces concurrents ne sont pas de vrais concurrents, car ils sont dépendants d’EDF : si EDF meurt, ces distributeurs meurent aussi.

Je recommande vivement d’écouter le réquisitoire jusqu’à [1h35’38] : cette ouverture à la concurrence c’est une affaire de « corneculs », du « grand n’importe quoi ».

1h35’50 : Place de l’hydrogène ? Non négligeable, mais pas pour la mobilité, plutôt pour des applications industrielles, sidérurgie et engrais.

***

Pour ceux qui veulent en savoir plus, il y a ce PDF de 49 pages intitulé : « L’évaluation énergie-climat du PTEF ». Ce document répond à la question : « Quelles conséquences énergie-climat à la fin du prochain quinquennat, et en 2050, si le PTEF était mis en place ? »

Paris, le 18 février 2022

1 La décroissance : « sans intérêt » pour Jancovici, « inutile » selon nous : ça revient exactement au même.


Plus de publications sur Facebook : Onfoncedanslemur

Permalien : https://onfoncedanslemur.wordpress.com/2022/02/18/le-ptef-du-shift-project/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :