Ligne éditoriale

Suite à cet article qui a mis dans le même sac les « effondristes » et les « collapsologues », nous avons jugé opportun de faire le point sur notre « ligne éditoriale » :

  • Contrairement aux collapsologues, nous n’avons aucune prétention scientifique, et ne pensons pas que « l’effondrement » puisse faire l’objet d’une « science » ou qu’on puisse s’y préparer. (Cf. « L’anthropologie contre la collapsologie »)
  • Nous n’avons aucune leçon à donner, aucune solution, aucun combat, aucun rôle à jouer ni mission à accomplir. Rien à vendre en somme. Chacun pense ce qu’il veut et fait ce qu’il peut.
  • Notre approche est « holistique » et « interprétative » : les faits sont « lus » comme des « signes » qui indiquent l’évolution du « système » où tout est lié. (Cf. le mythe de Remus et Romulus dont les remparts sont déjà là, mais sous forme d’un glaive décidé à les défendre.)
  • Ce blog est clairement aquoiboniste quand on parle de « changer le système » ou de « sauver la planète », et considère qu’il appartient aux individus de choisir entre passivité et résistance. (Cf. « Réveiller Antigone » où l’on rappelle qu’une tragédie est tout sauf un accident.)
  • Critique sur tout ce qui bouge, il ne se cache pas d’être pessimiste et fataliste, (l’action ne sert à rien car tous les chemins mènent à Rome), mais se défend d’être cynique. Il considère que ce sont les « solutions » d’antan qui ont conduit à la situation actuelle, et se scandalise plus souvent du passé que du présent ou de l’avenir.
  • Il rappelle que « l’Humanité » a subi une évolution contrainte et forcée par la répression féroce des révoltes populaires depuis des siècles. Cela pour dire que certains sont plus coupables que d’autres, et ce sont bien sûr les occidentaux : européens et nord-américains au premier chef, les autres n’ont fait que suivre ou subir.
  • Il n’affirme pas pour autant qu’il n’y a « aucune issue », car l’avenir est imprévisible et l’évolution incontrôlable. L’humanité sera encore là en 2100, toute la question est de savoir dans quel état.
  • Mention spéciale pour Vincent Mignerot : nous sommes résolument aux antipodes de sa position ultra-individualiste, ultra-déterministe et anti-collectiviste : selon lui, le capitalisme et l’État ne rentrent pas dans le spectre des causes.
  • Le mot-clef de ce blog est « le système » productiviste créé par les européens, étendu au monde entier par la colonisation, et imposé par « contagion » à tous les peuples, y compris la Chine communiste.
  • Si nous n’avons que des reproches à formuler à l’endroit des « puissants », nous n’en avons aucun pour les « consommateurs » en vertu du principe que chacun fait comme il peut. On ne peut pas leur demander d’être « responsables » alors que tout a été fait pour les déresponsabiliser : c’est le principe fondamental de « la consommation ». (Cf. « Hippopotamus exemplum » et « Le coup d’éclat d’Eddie Bernays »)
  • C’est le système qui détermine les individus, non les individus qui déterminent le système.
  • Nous sommes sans pitié pour les « beaux parleurs », les charlatans moralisateurs et autres donneurs de leçons promptes à lancer l’anathème, et qui s’imaginent que leurs paroles peuvent « sauver le monde ». Nous refusons en bloc les formules ronflantes et les slogans simplistes dont le seul mérite est de parer leurs auteurs de toutes les vertus.
  • Nous sommes résolument du côté du peuple, (et même des peuples), à qui « le système » ne demande qu’une chose : subir l’ordre établi.

Paris, 1er septembre 2020

6 commentaires sur “Ligne éditoriale

Ajouter un commentaire

  1. Le système n’est que l’expression ….la nature humaine l’a peu à peu élaboré au fil du temps….Lui imputer les maux que vous diagnostiquez et sur lesquels vous attirez l’attention à juste titre est à mes yeux une erreur .Certes vous dédouanez ainsi les individus de leurs responsabilités ce qui est bien dans l’air du temps …mais vous fermez ainsi la porte à la solution que seul le changement de comportement individuel peut atteindre…mais trouver une solution n’est peut-être pas vraiment ce que vous recherchez. Eh oui il ne serait plus alors question de ce sacré système…zut alors!
    Pour moi ce système n’est qu’un système…une chose inerte ,un outil….et je n’ai jamais engueulé mon marteau quand je me tape sur les doigts.

    J'aime

    1. Intéressant de voir quelqu’un prendre le contre-pied de ma position. Il est certain que les solutions ne m’intéressent pas mais je ne ferme pas la porte complètement. J’encourage l’action individuelle, (mais pour le « panache », cf. https://onfoncedanslemur.blog/2018/01/26/reveiller-antigone/), je n’ai pas critiqué la CCC, et je ne critiquerai jamais aucune initiative collective qui va dans le bon sens. En revanche, je continuerai de dire que toute solution est vouée à l’échec. La nature humaine en est responsable en partie, (cf. https://onfoncedanslemur.blog/2020/11/09/le-bug-humain/), mais aussi le système. Non, il n’est pas « inerte » et ce n’est pas un « outil », pas plus que l’État et le capitalisme. Le système existe bel et bien, son existence résulte de l’activité de tous les gens, (du peintre en bâtiment au trader en passant par le prof de philo), des gens qui sont tous interconnectés d’une façon ou d’une autre avec le reste du monde. Le système, c’est tout ce qui vous entoure : difficile de dire qu’il est « inerte ».

      C’est vrai que plusieurs billets visent à déculpabiliser les consommateurs, mais c’est pour faire porter le chapeau aux producteurs (qu’on oublie un peu vite). Et s’il est vrai que les solutions passent aussi par le comportement des premiers, ce n’est encore qu’en partie. Et vous le savez bien. Avant que « tout le monde » n’arrête de manger de la viande, les poules auront des dents. Mais si l’on votait une loi pour limiter drastiquement cette consommation-là, je verrais qu’elle va dans le bon sens et je m’abstiendrais de la critiquer.

      Cordialement

      J'aime

    1. Eh oui, évidemment, ce genre de « choix », (dans un sens ou dans l’autre), est strictement personnel et ne peut pas se justifier. Mais, en général, on justifie a posteriori ses choix. Donc, si l’on n’est pas aquoiboniste, l’on trouvera mille raisons de le justifier. 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :